LE PRIEURÉ DES BÉNÉDICTINS

Cet ensemble sobre et massif, de constructions, classique, qui occupe près d’un hectare, date pour l’essentiel de la première moitié du XVIIIè siècle. Des ornements de style Louis XV tempèrent son austérité. Son architecture rigoureuse et symétrique n’est pas sans rappeler les châteaux espagnols du XVIè siècle.
Au centre de l’escalier à double révolution de la façade, la coquille rappelle que la Réole fut l’un des quatre points de passage à gué sur la Garonne, sur la route des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.

La coquille est surmontée des armes du prieuré : la devise bénédictine, « PAX », est entourée par la couronne d’épines et par les clous de la Passion.

À l’étage, deux escaliers intérieurs remarquables mènent aux anciennes cellules des moines. Le premier, proche du cloître, possède un plafond peint : on y reconnaît Saint-Benoît, le fondateur de l’ordre. Le deuxième est un extraordinaire chef-d’oeuvre d’architecture du XVIIIè siècle. Les tailleurs de pierres ont assemblé des « trompes » qui soutiennent le poids énorme de l’escalier sans le moindre pilier.
Les ferronneries de Blaise Charlut, datant de 1748 embellissent cet édifice monumental.

Vivre la Réole, Ville d'art & d'histoire.
Lettre d'information :
Vous vous intéressez à la réole ?
Dites le nous !